LES EPITRES PASTORALES



&Dans ces trois lettres, écrites vers la fin de sa vie, Paul s'adresse à ses collaborateurs et non pas aux assemblées locales. Il aborde les sujets de la vie de l'Eglise, du ministère pastoral, de la doctrine et de la discipline. Bien qu'adressées à ceux qui exercent un ministère ecclésial, les conseils qui y figurent, concernent tous les chrétiens.


54 - La 1ère épître à Timothée
55 - La 2ème épître à Timothée

* Avec celle de Tite, ces deux lettres sont dites "Pastorales" car elles sont une mine de précieux enseignements pour ceux qui sont responsables d'une assemblée.

Timothée était un homme jeune et Paul lui prodigue des instructions très précises. Il avait en charge l'Eglise d'Ephèse et il devait considérer comme un véritable honneur l'affection et les précieux conseils de celui qui l'avait amené à l'Evangile.

* La première épître, lettre confidentielle, traite de l'organisation et de la discipline qui doivent régner entre les membres d'une même communauté.

Le plan peut s'articuler comme suit :

ch. 1 :
ch. 2 :
ch. 3 :
ch. 4 :
ch. 5 :
Conseils sur la doctrine.
Conseils sur l'attitude spirituelle de chacun.
Qualités de celui qui aspire aux responsabilités.
Qualités de celui qui est responsable.
 Relations fraternelles.

* Paul écrivit cette deuxième lettre vers la fin de sa vie, elle est sans doute la dernière qu'il envoya du fond de sa prison. Lucide sur son martyr proche (ch.4.6 à 8) il adresse un véritable testament spirituel qui va bien au delà de la simple exhortation.

Il est visionnaire des dangers qui guettent l'Eglise, mais aussi de la dimension que doit acquérir et garder celui qui fait œuvre de serviteur. Les divisions naturelles de l'épître sont :

ch. 1 :
ch. 2 :
ch. 3 :
ch. 4 :
La dimension du serviteur.
L'attitude devant les erreurs doctrinales (Apostasie).
L'opposition entre le vrai et le faux serviteur.
La fermeté intellectuelle et spirituelle du serviteur.

* Ces écrits de Paul sont très précieux et très pratiques. Chacun des sujets abordés, l'est sous un angle didactique. L'homme d'expérience cherche à établir son enfant bien-aimé dans la foi, dans un ministère puissant pour l'assemblée qu'il avait en charge, sans négliger sa croissance spirituelle.

- Ceux qui ont à cœur de suivre Christ sur le chemin du service, trouveront dans ces neuf chapitres les exigences de Dieu pour ses ouvriers (1 Tim. ch. 3).
- S'ils sont jeunes, ils y puiseront des directives sans équivoque pour une croissance harmonieuse et intelligente (2 Tim. ch. 2).
- Ceux qui désirent la propagation de l'Evangile, y trouveront de précieux conseils (1 Tim. ch. 2. 1 à 8 - 2 Tim. ch. 2. 14 à 21 - 4. 1 à 5).

Dans la 2ème épître au chapitre 3 on découvre un problème et une solution :

- Le problème (v.1 à 9), qui expose la situation exacte de notre génération insensible et égoïste.
- La solution (v.14,15) qui se trouve dans l'éducation que l'on peut donner à un enfant,
- Dans l'exemple que l'on peut recevoir des aînés et que l'on peut donner aux plus jeunes (v.10),
- Mais aussi par la prédication et l'enseignement de la Parole de Dieu qui seule peut corriger cette situation (v.16,17).


56 - L'épître à Tite

* Cette épître a beaucoup de ressemblances avec la première à Timothée. Elle aborde les mêmes sujets. Paul insiste sur le rôle que Tite doit tenir pour parvenir à un développement harmonieux avec son Eglise (ch. 1.5)

* Le plan de ce livre est très simple :

ch. 1 :
ch. 2 :
ch. 3 :
L'importance du fidèle serviteur (le pédagogue).
L'importance de la saine doctrine (l'enseignement).
L'importance des bonnes œuvres (la pratique).

* Paul met l'accent sur le salut par grâce (ch. 2.11 à 14 - 3.3 à 7) comme pour mieux faire ressortir la nécessité des bonnes œuvres (ch. 1.16 - 2.10).

Il est convaincu que l'enseignement solide doit se manifester par un résultat évident dans la vie de ceux qui le reçoivent et c'est pour cela qu'il demande à Tite d'établir des hommes irréprochables rendant un excellent témoignage et manifestant un équilibre certain dans leur vie familiale et sociale.


57 - L'épître à Philémon

* C'est une lettre personnelle d'un ami à un autre ami, qui savent tous deux quelle est la véritable dimension de l'amour fraternel.

Onésime était un de ces nombreux esclaves au service de maîtres romains. Certains pouvaient en avoir 200, quelques uns en possédaient plusieurs milliers avec un droit inaliénable de vie et de mort. A cette époque, un esclave rebelle était crucifié. On comprend mieux l'intercession de Paul auprès de son ami et frère dans la foi.

* Dans ce chapitre unique, se cache un véritable trésor de tact et de courtoisie empreint de pudeur et de respect mutuel.

L'articulation en est simple :

v. 1 à 7 :
v. 8 à 21 :
v. 22 à 25 :
Paul prépare Philémon à sa requête.
Paul intercède pour Onésime.
Paul use de liberté pour lui-même.

* Quel joyau aux multiples facettes, brillantes des feux que l'amour inspire en réglant un problème des plus difficiles à résoudre : Faire d'un esclave voleur en fuite, un frère affranchi et accueilli dans le pardon.

Il est plus facile de comprendre ainsi l'œuvre d'intercession de l'avocat que nous avons auprès du Père, le Saint-Esprit. Celui qui inspire nos prières lorsque confus et humilié nous ne savons que dire (Romains ch. 8.26,27).

Quelle leçon pour nous aussi qui ne savons pas toujours faire ce qu'il faut à l'égard de quelqu'un qui nous lèse de nos droits. Paul connaissait sûrement l'enseignement de Jésus à ce sujet (Matthieu ch. 5.38 à 48 - Luc ch. 6.27 à 36). La miséricorde triomphe du jugement (Jacques ch. 2.13), aussi, put-il écrire "s'il t'a fait quelque tort, ou s'il te doit quelque chose, mets le sur mon compte" (v. 18)

N'est-ce pas aussi les paroles que Jésus ressuscité prononce en ce moment devant le Père, pour ceux qui s'approchent du trône de la grâce par sa médiation sacerdotale ?

Ghaut de page

Pierre-Antoine ELDIN