LA BIBLE



D'où vient le nom ?

C'est Jean Chrysostome qui au Vème siècle aurait le premier employé le mot grec biblia (nom pluriel) pour désigner les textes sacrés et les différentes épîtres néotestamentaires.
Ce mot veut dire "les livres ou les rouleaux". Il a été repris par le latin ecclésiastique pour donner notre mot "bible". Son étymologie désigne le livre par excellence.
Avec une majuscule, il désigne les textes sacrés chrétiens et juifs, avec une minuscule il est employé dans le langage commun pour désigner un ouvrage important (la bible des philatélistes).

Ses particularités

Cet ouvrage présente des particularités qui en font son originalité. Jusqu'au Xème siècle les écrits grecs ou latins sont écrits en onciales. Ce sont de petites lettres majuscules sans ponctuation ni espace. Il fallait lire les phrases à haute voix pour en dégager le sens.
Les minuscules font peu à peu leur apparition. Elles permettent d'écrire plus vite. Le scribe joint les lettres d'un même mot sans avoir à soulever sa plume du parchemin. On écrit plus vite et il rentre plus de texte sur la même page.
Le texte hébreu est recopié sans voyelles ce qui suppose bonne connaissance du contexte religieux, historique et socioculturel pour le lire sans erreur.
Le mot canon signifie à l'origine "roseau, règle ou mesure". Depuis le 2ème siècle après J.C. il désigne la sélection des livres qui portent la marque de l'inspiration et de l'autorité divines. Sa constitution est largement liée aux circonstances dont Dieu seul est maître. Il n'est pas le fait du choix d'un homme mais d'un certaine pratique qui s'est imposée.

Combien de Bibles ?

On rencontre trois traditions qui expliquent les différences dans les bibles.

La tradition hébraïque

La Bible hébraïque comprend 24 livres en hébreu: la Torah contient les 5 du "pentateuque" et les 19 livres des prophètes.
La Torah écrite est ce que les chrétiens appellent l'Ancien Testament, selon la tradition Moïse en est l'auteur; il existe une Torah orale appelée Talmud. La Kabbale est une autre source écrite du judaïsme, beaucoup plus récente., mais si elle s'inspire des taxtes fondateurs, ils s'ne éloignent par son côté "ésotérique".

La tradition catholique

Elle s'appuie sur la Septante qui a intégré à la demande du souverain égyptien, commanditaire de la traduction, les écrits profanes. Dans la Vulgate, Jérôme les a aussi traduits en en signalant l'aspect caché (tenu secret). Augustin les a retenus lui aussi. Or la Vulgate fut la traduction référence pour l'église jusqu'au 19ème siècle servant de base aux autres traductions. Le concile de Trente les a officiellement reconnus en 1546.

La tradition protestante

Elle se réfère aux Juifs à qui ont été confiés les Ecritures. Josèphe mentionne les 22 rouleaux, seuls reconnus. Le Talmud en donne la liste et considère Malachie comme le sceau des prophètes. Mais elle maintient la réorganisation de la bible adoptée par la Septante.
De ce fait les livres associés ont été séparés d'où l'augmentation du nombre de 22 à 39 et le classement actuel en livres législatifs – livres historiques – livres sapientiaux – livres prophétiques

Les traductions de la Bible

"Traduire c'est trahir" dit-on. Ce qui s'avére exact pour un texte traduit d'une langue dans une autre, n'est pas tout à fait vrai pour la Bible, car ce texte a pour inspirateur Dieu lui-même, qui veille sur la transmission du message qu'il veut révéler au travers des écrits sacrés.
A travers les siècles, en partant de la révélation que Dieu fit à des hommes qui l'ont fidèlement transcrite, en commençant par Moïse (selon la tradition), en passant par les prophètes, les évangélistes et les apôtres, les manuscrits ont fait l'objet, à travers les siècles de nombreuses traductions pour pouvoir offrir au lecteur d'aujourd'hui un texte aussi proche que possible du texte original, mais qui soit compréhensible de chacun dans sa langue maternelle.

La traduction dites des "septante"

Cette traduction fut faite au 2ème siècle avant J.C. à partir d'un texte hébreu très ancien en grec.  Après les conquêtes d'Alexandre, le grec était la langue parlée dans tout le Moyen-Orient et même au-delà !
Malgré les reproches du prophète (Jérémie ch.42 v.19 et ch.43 v.2,3), les tribus d'Israël et de Juda furent emmenées captives à Babylone. Il était nécessaire que cette diaspora qui s'éparpillait grâce aux routes romaines naissantes puissent accéder à ses sources spirituelles.
C'est un souverain égyptien Ptolémée Philadelphe qui, par curiosité littéraire demande qu'à côté des textes reconnus sacrés par les Juifs soient traduits des textes d'origine incertaine (les apocryphes nom donné par Jérôme plus tard). Elle regroupe avec les textes reconnus et des textes profanes.

La Septante remanie l'ordre des livres regroupés par thèmes et de façon chronologique ce qui correspond à peu près à l'ordre actuel. Elle est à l'origine de la plupart des titres des livres de l'Ancien Testament (genesis – exodus – psalmis).
Cette traduction va multiplier le texte biblique et servira de référence aux auteurs du Nouveau Testament. L'eunuque éthiopien a pu lire un extrait du prophète Esaïe et les mages en lisant l'Ancien Testament se sont dirigés vers Bethléhem.

Les différentes traductions de la Bible

Pour en savoir plus sur les traductions de la Bible en français, avant et après l'imprimerie jusqu'à nos jours, vous pouvez consulter l'article très complet sur l'encyclopédie en ligne WIKIPEDIA



Ghaut de page

Pierre-Antoine ELDIN